Histoire

3

CLAUDE-GARAMONT, LE TYPOGRAPHE

Né à Paris vers 1499 – mort en 1561, Claude-Garamont a appris son métier de typographe en tant qu’élève d’Antoine-Augereau, graveur de caractères et imprimeur. Ses premiers caractères, furent gravés au début des années 1530. En 1533, ils servirent pour la première fois à la composition d’une série de livres. En 1540, Garamont passa contrat avec Pierre-Duchâtel, conseiller et aumônier de François Ier : il s’engagea à lui fournir les poinçons de trois sortes de caractères Grec. Aujourd’hui, ces poinçons et matrices sont classés Monuments historiques et toujours conservés à l’Imprimerie nationale. Toutefois, sa fortune, Garamont la fit pour des caractères romains, dont il était devenu le principal producteur français et dont la qualité était reconnue dans l’Europe entière. Vers la fin des années 1540, il s’associa avec Guillaume-Le-Bé, un autre graveur de poinçons qui s’est fait une grande réputation à Venise. À partir de 1550, Claude-Garamont retailla ses poinçons et créa une nouvelle italique. Mais s’il eu des difficultés, au début, de vivre de son métier de graveur, le succès de ses caractères assura la prospérité de son atelier. Il appris son art qu’à quelques apprentis, dans la période 1550-1561, signe que l’essor que connaissait son atelier, n’avait pas de limite. Source : © Typographie & Civilisation